infini_jeux

logo

ACTUALITÉ DES ÉCHECS

La saga Karpov-Kasparov sur France 5, le 14/01/22


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Le 23 janvier 2014, à 21h40, France 5 inaugurera une nouvelle série de documentaires, intitulée "Duels", avec les portraits croisés d'Anatoly Karpov et Garry Kasparov "qui se sont livré, 25 ans durant, une guerre personnelle dans un monde en ruine. Plus qu'un face-à-face sur l'échiquier, leur combat en «noir et blanc», à mi-chemin entre le drame psychologique et le thriller politique, a mis en lumière des antagonismes inextricables.

 
Deux rois pour une couronne... Leur duel est une lutte entre le représentant d'un empire chancelant et celui d'une jeunesse libérale qui le met en échec. Au cours de leur affrontement, deux histoires, la petite et la grande, dans un premier temps parallèles, finissent par se superposer pour ne former qu'un seul et même récit.".
L'occasion de voir des images d'archive rares, ainsi que les interventions des principaux protagonistes de cette saga d'une décennie.

Les auteurs du reportage sont Frédéric Gazeau et Jean-Charles Deniau.
L'émission sera rediffusée le 28 janvier à 23h50 et le 3 février à 5h40.
 
Info en provenance du site de la FFE :

Championnat de Russie, le 06/10/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Au tournoi d'Elancourt (à 30 km de Paris, non d'Amsterdam, comme le suggérait un facétieux lecteur) qui vient de prendre fin, notre moisson de finales intéressantes fut maigrichonne. Mais à Nijni-Novgorod se produisit une plongée dans le passé.

 

Voyez la finale de Tours Goganov-Vitiugov de la première ronde : Rd1, Th8, Ph6 / Rf3, Te6, Pd4 & f4. Ici les Blancs ont raté 48 Rd2! (au lieu de 48 h7? Te7!) Re4 49 Th7! f3 50 Th8!.

 

Nihil novi sub sole : dans le classique Leonhardt-Spielmann 1912, après que les Noirs eurent manqué le gain, on en proposa dans certains livres un autre... qui avait la malchance d'être faux : on plaça le RN du mauvais côté, ce qui aboutit à Rb1, Tg7, Pg6 / Rd3, Tc6, Pb4 & d4.

 

C'est bien Goganov-Vitiugov, à deux nuances près : tout a été décalé vers la gauche, et la TB est en 7e rangée au lieu de 8e. Ce qui exige un peu plus de précision.

 

Là-dessus, l'équivalent de 48 Rd2!, à savoir 1 Rb2!, sauve les Blancs : 1...Rc4 2 Tg8 d3 et maintenant (dans Rb2, Tg8, Pg6 / Rc4, Tc6, Pb4 & d3) non le tentant 3 g7? à cause de 3... Tc7! (comme le ...Te7! que joua Vitiugov) mais le calme 3 Tg7!! et cette fois, ce sont les Noirs qui sont en zugzwang. Par exemple 3...b3 4 Th7 Txg6 5 Th4+ croquant le plus dangereux des pions.

 

 

Les coups 49 Th7! et 3 Tg7!! sont équivalents, mais le second est unique car le pion de droite est plus avancé ! La position après 3 Tg7!! n'est pas un zugzwang réciproque, car les Blancs au trait joueraient Tg8!!, mais en pratique, il est plus difficile d'oser jouer Tg8-g7 que l'inverse, car on n'aime pas bloquer son pion !

 

Note du 7 octobre : au bout de 3 rondes, notre ami Nikita est en tête du championnat avec 2,5 / 3 en ayant joué 3 finales de Tours. Quand c’est avantageux, il gagne, quand c’est inférieur, il annule. Appliquant par là le principe de Bogolyoubov : "Quand j’ai les Blancs, je gagne parce que j’ai les Blancs, quand j’ai les Noirs, je gagne parce que je m’appelle Bogolyoubov”.

 

Finales de pions à Tromso, le 17/08/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Première journée du 3e tour de la Coupe du monde. Bonne défense de l'Ukrainien Elianov face à... l'Ukrainien devenu Russe Kariakine. Dans Re5, Cf3, Pd6, g2 & h3 / Rg6, Ff2, Pf5, f7, g5 & h6, les Blancs tentèrent 37 Cd4 (37 Rd5 est plus prometteur mais semble-t-il insuffisant), mais la liquidation 37...f6+! 38 Rd5 Fxd4! 39 Rxd4 Rf7 40 Rd5 Re8 neutralise définitivement le pion passé blanc, à condition de ne pas manquer sur 41 Re6 l'essentiel 41...g4!! sauvant l'aile-Roi en déconfiture. La menace ...gxh3 suivi de ...f4 interdit la prise en f6, il reste aux Blancs le choix entre rester avec un unique pion-Tour ou un unique pion-Cavalier. Ce dernier est meilleur mais le Roi noir a le temps de revenir prendre l'opposition en g5, grâce au procédé de retardement ...g4-g3!.

Notons que Kortchnoï avait utilisé la même stratégie défensive (Caro-Kann avec ...exf6) contre Karpov dans la 20e de leur match (Baguio 1978).

En revanche, la finale de pions Le Quang Liem-Gristchouk est sans espoir, même après 38...c4 qui fut conseillé.

Pékin, le 07/07/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Finale de Tours. Méfions-nous des sacrifices en finale : nous ne sommes pas en milieu de partie, les compensations sont souvent insuffisantes...

Dans la partie Wang Yue-Kamsky, les Noirs décidèrent (Rf5, Tb8, Pb3 & g5 / Rc6, Tc3, Pa5 & c5) de donner leur pion-Tour (59...a4?) pour activer leur pion-Fou. Mais le pion supplémentaire des Blancs sera vite meurtrier. Il nous semble que la défense calme (sinon entièrement sereine !) offrait davantage de perspectives :

59...Tf3+ 60.Rg4 Tf1 61.g6 Tg1+ 62.Rf5 Tg3! 63.Rf6 (63.Tc8+ Rb5!) 63...Tf3+ 64.Re6 Tg3 65.Rf7 (65.Rf5 Rc7) 65...Tf3+ 66.Rg8 Rc7! 67.Ta8 (67.Tb5 Rc6) 67...Txb3.

Thessalonique, le 28/05/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

La finale Dame et pion contre Dame est à la mode actuellement : après celle que nous avons commentée au championnat d'Europe, se produisit Beliavsky-Khairullin (de nouveau avec un pion-Fou) et maintenant le pion-Tour avec Dominguez-Nakamura. Dans Rh6, Df7, Ph4 / Rd6, Db5, pourquoi le bon coup est-il 60 Rg7!, au lieu de 60 h5? Re5! =, tout simplement par application du principe essentiel des lignes contiguës, que le Roi offensif doit rechercher, pour se prémunir contre les assauts de la Dame adverse.

 

Après 60 Rg7! en effet, le Roi blanc est sur la 7e rangée, tandis que son collègue noir est sur la 6e. Ces deux lignes sont contiguës, de sorte que 60...Db2+ se heurte à 61 Df6+! parant l'échec par un contre-échec décisif. La Dame noire est impuissante, le Roi noir ne peut s'approcher (60...Re5 61 Dh5+), le pion peut donc avancer, même si de nombreux obstacles demeurent encore. Les finales complexes le sont déjà moins quand on dispose d'une armature de principes.

Championnat d'Europe, le 06/05/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Finale Dame et pion contre Dame. E. Tomashevsky, ancien champion d'Europe, n'a pas su trouver dans la 2e ronde (contre M. Gagunashvili) le gain assez simple, amélioré d'Averbach 1962, qui figure sur notre site sous la cote t2p48d1.

Au 114e coup (Ra8, Db2 / Rg2, Dg3, Pf2) au lieu de ...Df3+, correct était

114...Rg1! 115.Db6 Rh1 116.Dh6+ (116.Db1+ Rh2 117.Dh7+ Dh3 118.Dc7+ Rh1) 116...Rg2 117.Dd2 Rg1 118.Dd4 (nous y voilà) Rh2!! (118...Dg8+?! 119.Rb7 Dg6 YA) 119.Dh8+ Dh3! 120.De5+ Rh1! gagne.

 

 

 

Candidats (2), le 29/03/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Vassily Ivantchouk, qui ressemble de plus en plus à Jacques Dufilho, bat en finale de Tours le favori du tournoi Magnus Carlsen, qui pouvait cependant s'en sortir au 71e coup, à condition de sacrifier sa Tour au 73e ! Ou, plus techniquement, en jouant avec Tour contre T + Pa + Ph. Un peu plus tôt, Aronian venait de se suicider, face à Kramnik, en poussant le mauvais pion en finale de 4 pions contre Fou et pion. Enfin, Gritchouk place à Radjabov le fameux piège de Bernstein-Smyslov 1946, quoique sa Tour seule eût pu annuler autrement contre T + Pf + Ph. Trois parties jouées le même jour (antépénultième ronde), dont deux décisives pour les premières places, décidées uniquement en finale.

 

Etudiants, le 24/03/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Bon traitement de la finale Tour et deux pions liés contre Tour, avec Roi défensif incrusté, dans la dernière ronde du championnat de France universitaire (partie Lagarde-Le Ruyet). Malgré la cadence très rapide, le jeune Maxime trouve le plan de gain après quelques hésitations. Notons que les Noirs, s'ils avaient joué 80...Td2, transposaient dans l'exercice 226 de notre site, en plus facile toutefois, car avec le trait changé. Grâce à cette finale, le gagnant précède la célèbre "souris blanche" Marie Sebag, championne sortante.

 

Candidats, le 19/03/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Il serait facile, dans Gelfand-Carlsen, de répéter que l'échange de Dames était une faute. Surtout si l'on se souvient de l'adage "en infériorité, échangeons plutôt les pions que les pièces". Mais aviez-vous vu à ce stade que, dans la finale Cavalier contre Fou qui s'ensuivit, le destrier noir devait passer impérativement par la case marginale a5, dédaignant le pion et la case centrale e5 ? Si oui, vos visites du site des finales commencent à porter leurs fruits.

 

Savoir attendre, le 03/03/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

La résistance naturelle d'une position fait qu'il est souvent préférable, quand on défend une finale inférieure, de... ne rien faire ! Cela exige des nerfs à tout épreuve, pour accepter sans bouger une souffrance qui semble interminable. Au lieu de quoi, prendre des initiatives qui aggravent la situation est fortement déconseillé. Boris Gelfand le sait mieux que quiconque. Dans la dernière ronde du tournoi de Zürich, il était simplement dans un mauvais jour.

 

Ordinateurs et finales, le 03/03/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Au tournoi de Baden-Baden, le champion du monde Anand a manqué un gain en finale contre l'Allemand Fridman. Ce sont des choses qui arrivent. Mais la question est : pourquoi tel coup gagne, alors que tel autre coup, d'apparence équivalente, annule ? Il est indispensable que les commentaires paraissant sur les sites ou (a fortiori) les revues expliquent, d'une façon entièrement intelligible, ce qui s'est passé. Cela devient de plus en plus rare. C'est l'objectif que nous nous fixons.

 

Tournoi traditionnel de Wijk aan Zee, le 13/02/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

On retrouve les traditionnelles fautes en finales des classés 2700 ou les avoisinant : Harikrishna-Giri, Nakamura-I. Sokolov, Aronian-Leko, Hou-Anand, Leko-Van Wely, tandis que Kariakine-Wang Hao et Carlsen-Kariakine sont d'une autre trempe. Mais tout de même de grands moments : la petite (par la taille, mais grande par le talent) Chinoise Hou Yifan, ex- et future championne du monde, joue infiniment mieux que le monstre d'acier (et ceux qui le suivent aveuglément), remportant une belle finale contre le jeune champion des Pays-Bas. Notons aussi que Naiditsch-Ernst du tournoi B transposait dans l'étude de Staleraïtis de notre site, avec Dame et pion-Tour contre Dame.

Finales par équipes, le 13/02/13


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Aux dernières Olympiades, les matchs décisifs (USA-Russie, Russie-Ukraine, Chine-USA...) s'étaient joués sur des erreurs en finales, parfois grossières, prouvant s'il en était encore besoin la nécessité d'étudier ce secteur en priorité. L'affaire se reproduit dans le championnat des villes (joué à Al Ain dans les Emirats) : citons les matchs Paris-Bakou (hélas !), Athènes-Tachkent, Bakou-Hoogeveen et Novi Sad-Tachkent.

Finales au Cap d'Agde, le 13/12/12


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Victoire de l'ex-champion du monde A. Karpov au tournoi semi-rapide du Cap d'Agde, battant en départages le génial Ukrainien Ivantchouk, classé à 150 points "Elo" de plus. Tout cela grâce à... un jeu supérieur, voire suprême, en finale. Il réussit même à gagner Tour et Cavalier contre Tour (sans pions) considérée comme archinulle, contre ce joueur classé 2771. Une délicate façon de prévenir le public : "Venez tous sur le site des finales". Merci Anatoly !

Marie..., le 13/12/12


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Notre meilleure joueuse Marie Sebag s'est distinguée à Khanty-Mansiysk en Russie. Elle fut même, un moment, en tête de ce championnat du monde. Elle joua quelques finales avec succès, dans son style incisif habituel : une finale de Tours où elle réussit à enfermer la Tour adverse, une finale de Fous de couleurs différentes, mais avec des Tours, où elle composa un réseau de mat... De même dans Dame et Cavalier contre le même matériel. Si en plus de la technique, on peut faire tourner les tables, pourquoi pas ?

... Et les autres, le 13/12/12


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Quelques autres finales intéressantes au championnat du monde féminin, malgré les cadences trop rapides qui interdisent de rassembler ses connaissances... à celles qui en ont ! Une tentative échouée de forteresse Dame contre Fou et Cavalier dans Zhukova-Ju Wenjun, une vraie forteresse avec Tour contre Fou et... trois (!) pions dans Ju Wenjun-Ushenina : les Ukrainiennes l'emportent sur les Chinoises ! Par ailleurs, une rareté : deux Chinoises ont eu la même finale de Fous avec deux pions contre un sur la même aile, deux jours de suite. Seul le 2e pion était placé différemment.

Tachkent et Londres, le 13/12/12


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Un joli coup en finale au tournoi de Tachkent dans la partie Kariakine-Morozevitch. Et à Londres, le traitement incertain d'une finale de Tours par l'actuel champion du monde V. Anand, alors que la même finale avait été jouée correctement 40 ans plus tôt par un grand-maître nettement moins réputé, relance la sempiternelle question de la force comparée des étoiles du passé et du présent.

MVL en vedette, le 24/10/12


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Plus fort que Lasker, Capablanca, Kérès, Spassky et Fischer ? Le numéro 1 français Maxime Vachier-Lagrave vient de remporter à Saint-Louis (USA) un fort tournoi, que son organisatrice va même jusqu'à qualifier de plus grand tournoi jamais organisé sur le sol américain. Son accession dans l'Olympe est assurée.

Solutionniste aussi, le 24/10/12


Photo du francais Maxime Vachier-Lagrave

Plus fort que Caillaud, Murdzia, Piorun, Zude… ? Le même MVL s'était distingué, un mois plus tôt, en se révélant à Kobé (Japon) comme le meilleur solutionniste d'études du monde. Il précède plusieurs champions du monde de la spécialité. Pour conquérir le dernier titre qui lui manque, il ne lui reste qu'à s'entraîner sur les mats inverses dont la recherche est, certes, peu naturelle pour un joueur d'un tel niveau.